Transition énergétique

Le développement durable

Le développement durable se définit comme un mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs.
C’est un principe d’organisation de la société humaine qui tient compte des ressources finies de la planète et agit sur trois dimensions interdépendantes :

  • la dimension environnementale. Le développement des activités humaines doit se faire de façon à ne pas nuire à la capacité de renouvellement des ressources naturelles ou au bon fonctionnement des services écosystémiques ;
  • la dimension sociale. Le développement harmonieux de la société humaine passe par la cohésion sociale garantissant à tous l’accès à des ressources et services de base (la santé, l’éducation) ;
  • la dimension économique. Le développement économique doit permettre la diminution de l’extrême pauvreté et l’exercice par le plus grand nombre d’une activité économique dignement rémunérée.

À long terme, il n’y aura pas de développement possible s’il n’est pas économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement tolérable.

L’agenda 21 et le PCAET

L’Agenda 21 local permet de construire une vision partagée d’un territoire en y intégrant les finalités du développement durable, grâce à un processus de concertation avec l’ensemble des acteurs locaux. C’est un projet à long terme, à la fois stratégique et opérationnel, qui se décline en programme d’action soumis à une évaluation régulière.

En 2011, l’agenda 21 Caux vallée de Seine a été labellisé « Agenda 21 local France » par le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie. C’est le premier agenda a avoir été conçu sur la double échelle communale et intercommunale. Il rassemble aujourd’hui plus de 200 actions concrètes pour l’avenir durable du territoire.

La démarche a été initiée par les communes de Bolbec, Caudebec-en-Caux, Gruchet-le-Valasse, Lillebonne et Notre-Dame-de-Gravenchon, et portée financièrement par la Communauté d’agglomération. Dans un but d’exemplarité, elles ont signé le 26 février 2008 une charte d’éco-responsabilité.
Le Plan Climat-Air-Énergie Territorial (PCAET) comprend des mesures de lutte contre le changement climatique et d’adaptation à l’effet de serre au niveau territorial. Afin d’accompagner les collectivités dans la construction et la mise en oeuvre de leur plan, l’ADEME met à leur disposition un centre de ressources dédié.

Le PCAET permet de rendre la partie « climat-air-énergie» de l’agenda 21 plus opérationnelle.

L’objectif est d’intégrer dans chaque décision de la collectivité l’exigence de réduire les impacts sur le climat et d’inciter tous les acteurs à faire de même. Il s’organise autour de 2 axes :

  • atténuer les changements climatiques, c’est à dire réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES);
  • s’adapter aux impacts des changements constatés ou prévus sur le territoire.

Un Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte (TEPCV)

Un TEPCV est un territoire d’excellence de la transition énergétique et écologique. La collectivité s’engage à réduire les besoins en énergie de ses habitants, des constructions, des activités économiques, des transports, des loisirs. Elle propose un programme global pour un nouveau modèle de développement, plus sobre et plus économe. Six domaines d’action sont prioritaires dans ces territoires :

  • La réduction de la consommation d’énergie : par notamment des travaux d’isolation des bâtiments publics, l’extinction de l’éclairage public après une certaine heure
  • La diminution des pollutions et le développement des transports propres : par l’achat de voitures électriques, le développement des transports collectifs et du covoiturage…
  • Le développement des énergies renouvelables : avec par exemple la pose de panneaux photovoltaïques sur les équipements publics, la création de réseaux de chaleur…
  • La préservation de la biodiversité : par la suppression des pesticides pour l’entretien des jardins publics, le développement de l’agriculture et de la nature en ville…
  • La lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets : avec la suppression définitive des sacs plastique, des actions pour un meilleur recyclage et la diffusion des circuits courts pour l’alimentation des cantines scolaires….
  • L’éducation à l’environnement : en favorisant la sensibilisation dans les écoles, l’information des habitants…