Les parois vitrées

La performance thermique d’une paroi vitrée dépend de la nature de la menuiserie, des performances du vitrage et de la qualité de la mise en oeuvre de la fenêtre.

La nature des fermetures (volets, persiennes) inter vient également. En effet, elles peuvent réduire les déperditions, particulièrement la nuit car elles apportent une résistance thermique additionnelle à la paroi vitrée. Les protections extérieures sont aussi très efficaces pour limiter la température intérieure en été.

Pour une bonne performance énergétique, il est conseillé de choisir des fenêtres avec un Uw qui correspond aux exigences du crédit d’impôt pour la transition énergétique des fermetures avec une résistance thermique additionnelle (volet + lame d’air entre le volet et la fenêtre) supérieure à 0,22 m2.K/W.

En général, les surfaces représentées par les ouvertures sont relativement faibles par rapport à l’ensemble des surfaces de déperditions ; leur impact n’est donc pas très important dans le bilan thermique. Cependant, les menuiseries jouent un rôle important en matière de perception du confort (effet de paroi froide). Elles sont également le siège d’infiltrations d’air qui doivent être réduites si l’on vise une rénovation thermique correcte.

Attention : le fait de rendre les ouvertures plus hermétiques implique nécessairement une réflexion sur la ventilation du logement.
Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’espace INFO ÉNERGIE Caux vallée de Seine.